A propos

Les Relations Sociales Dans Des Environnements De Travail Multilingues 

Un projet de recherche comparatif financé par la Commission Européenne

Dans presque tous les pays européens, les syndicats de salariés et les employeurs sont confrontés à une présence grandissante de travailleurs, immigrés ou même citoyens du pays, ne parlant pas la langue nationale couramment ou ne la parlant pas du tout, préférant souvent, lorsque cela est possible, communiquer entre eux dans leur langue d’origine. En matière de relations sociales, les conséquences de cette présence croissante du multilinguisme au travail restent largement inexplorées. Une littérature peu abondante rend compte des tentatives des multinationales en matière d’adoption d’une langue de travail universelle entre les différentes équipes de direction (l’anglais le plus souvent). La littérature explore également, de manière marginale, les efforts réalisés par les multinationales les plus ouvertes à la question de la diversité pour fournir des moyens aux équipes syndicales en terme de traduction au sein des instances de représentation européennes ou internationales. Mais peu d’attention a été accordée à la façon dont les partenaires sociaux se sont saisis du défi démocratique que constitue le multilinguisme. IR-MultiLing va explorer les conséquences, recherchées ou non, des choix réalisés en matière de langue de travail dans les entreprises et va s’interroger sur les coûts et les bénéfices perçus aussi bien du côté des employeurs et des directions d’entreprise que des salariés. Des études de cas vont être réalisées en Allemagne, en Espagne, en France, en Italie, en Hongrie et au Royaume-Uni avec l’objectif de développer une typologie des univers de travail multilingues, que ce soit dans des multinationales ou dans des entreprises de dimension nationale ou plus locale. La recherche va notamment évaluer si les travailleurs qui ne maîtrisent pas la langue de travail de leur entreprise ont, malgré tout, accès à la représentation de leurs intérêts et aux organisations syndicales qui restent les plus grandes organisations de la société civile. Lorsqu’ils sont membres de ces organisations, la question de leur intégration est également importante. Jusqu’où peuvent-ils accéder à des responsabilités et jusqu’où peuvent-ils eux-mêmes prétendre à représenter leurs intérêts ? IR-MultiLing va contribuer à l’expertise en matière de relations sociales dans ce domaine où les recherches sont rares. La recherche bénéficiera de l’expertise de comités de pilotage locaux, composés de partenaires sociaux et d’autres experts. Le projet débouchera sur des recommandations qui seront diffusées auprès des responsables politiques et des partenaires sociaux. Un DVD de formation sera produit en direction des équipes syndicales.


This site is using the Seo Wizard plugin by http://seo.uk.net/